afropea leonora miano afropeen anticapitaliste noir representation ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap diversite litterature jeunesse babelio aj les enfants du bruit et de l odeur
afropea leonora miano afropeen anticapitaliste noir representation ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap diversite litterature jeunesse babelio aj les enfants du bruit et de l odeur

Afropea : Utopie post-occidentale et post-raciste - Léonora Miano

Réf : 9782246817178
18,50 €
Disponible à la livraison
En stock
Retrait disponible

Description

Léonora Miano n’est pas une Afropéenne (afro-européenne). Marquée par l’Afrique subsaharienne, la sensibilité de l’autrice se distingue de celle des Afropéen.ne.s. Ils.elles se sont construit.e.s en situation de minorité. Ce qui détermine la perception de soi, complique l’identification et la solidarité entre Afropéen.ne.s et Subsaharien.ne.s.

La France identifie à l’Afrique tou.te.s ses citoyen.ne.s d’ascendance subsaharienne, privilégiant les natif.ve.s de ce continent. Cela ne favorise pas l’ancrage des Afropéen.ne.s dans leur pays ainsi que leur capacité à se sentir responsables de leur destin.

Pourtant, ceux.celles qui se sont donné un nom – Afropéen.ne.s – dans lequel Afrique et Europe fusionnent, s’ils.elles sont fidèles aux implications de cette association plus qu’à leur amertume, peuvent incarner un projet de société fraternel, anti-impérialiste et anti-raciste. Dans une France en proie aux crispations identitaires, la perspective afropéenne apparaît encore comme une utopie. De part et d’autre, la tentation du rejet est puissante.


Extrait:

"Ce qui compte, c’est le vécu particulier des Afrodescendants d’Europe. Les trajectoires historiques diffèrent du fait que certains pays aient été des puissances coloniales et d’autres pas. Cependant, une similitude demeure : l’Afropéen est privé de représentation dans un pays qui, bien qu’étant le sien, se dit au monde sans le mentionner, sans lui permettre de l’incarner. Pour ses compatriotes d’ascendance européenne unique, l’Afropéen est un étranger, sommé de se justifier d’être parmi eux, d’être tout court. De plus, il est porteur d’un autre héritage culturel et ne souhaite pas le congédier. Si ce patrimoine ne réside en lui qu’à l’état de traces, tous les parents ne l’ayant pas transmis de la même manière, sa conscience de ses particularités le pousse à se construire de façon alternative, voire transgressive.

La France peine à le comprendre. On y compare les immigrations européennes et celles venues des anciennes colonies, déplorant que les secondes se montrent rétives à l’assimilation. Certains pointent des cultures subsahariennes particulières, dont la nature empêcherait l’intégration. Au-delà du fait que le capitalisme met en joue tous les peuples du monde et que les Subsahariens font partie des hordes qu’il jette hors de leurs pays, l’histoire coloniale singularise ces parcours. Les Subsahariens n’ont pas choisi la République française, elle s’est invitée chez eux, a vite pratiqué un type de colonisation ne visant pas simplement à commercer, à exploiter les ressources de ces territoires éloignés, mais à accroître le sien. La France a fait de ses colonies une extension d’elle-même."


Léonora Miano

Léonora Miano est née à Douala, au Cameroun, où elle passe son enfance et son adolescence. L’œuvre romanesque de Léonora Miano est marquée par des thématiques liées aux expériences subsahariennes et afrodescendantes.

Elle a obtenu de nombreux prix, parmi lesquels le Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient, le Prix Seligmann 2012, prix consacré à la lutte contre le racisme, pour Écrits pour la parole, ainsi que le Prix Femina, en 2013 pour son roman La Saison de l’ombre. Pour l’ensemble de son œuvre, Léonora Miano est lauréate du grand prix littéraire de l’Afrique noire en 2011.


Thèmes : Afropéen.ne.s, Afrique subsaharienne, identité, assignation, anti-racisme, anti-impérialisme, colonisation, marginalisation, racisme.


Autrice : Léonora Miano

Éditions : Grasset

Date de parution : 30/09/2020


Dimensions : 14,1 cm x 20,4 cm, 224 pages.