beaute fatale mona chollet allienation feminine ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
beaute fatale mona chollet allienation feminine ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur

Beauté fatale : Les nouveaux visages d'une aliénation féminine - Mona Chollet

Réf : 9782707185815
10,00 €
Disponible à la livraison
En stock

Description

Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la "tyrannie du look" affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du "complexe mode-beauté" travaillent à maintenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au cœur de la sphère culturelle.

Sous le prétendu culte de la beauté prospère une haine de soi et de son corps, entretenue par le matraquage de normes inatteignables. Un processus d’auto-dévalorisation qui alimente une anxiété constante au sujet du physique en même temps qu’il condamne les femmes à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, les enfermant dans un état de subordination permanente. En ce sens, la question du corps constitue bien la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans, de la lutte contre les violences à celle contre les inégalités au travail.


Extrait:

En 2004, le député qui, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de George Sand, voulut faire abroger l’ordonnance de la préfecture de Paris interdisant aux femmes de s’habiller en homme essuya un refus, au prétexte troublant que "la désuétude [était] manifeste". À Polytechnique, les élèves de sexe féminin sont toujours condamnées à la jupe, la direction ayant "suivi des avis masculins qui préfèrent les filles en jupe plutôt qu’en pantalon". Quant aux hôtesses d’Air France, leur employeur, comme celui de nombreuses femmes, compte sur la séduction qu’elles peuvent exercer auprès d’une clientèle envisagée comme exclusivement constituée de mâles hétérosexuels; elles n’ont donc conquis leur droit au pantalon qu’en 2005. Dans l’approbation parfois bruyante qui salue le port de la jupe se mêlent la satisfaction voyeuriste et le réconfort à l’idée que celle qui la porte sait tenir sa place. Sur un forum de discussion autour de la "Journée de la jupe" instituée par le lycée breton de Vitré, Christine Bard a relevé l’accueil enthousiaste fait à l’initiative par un "fétichiste de la minijupe", qui écrivait : "Il faut marquer le coup… Contre le désastre commis par les féministes et leurs jambes si viriles et si coincées dans un habit d’homme…"

Certes, un même vêtement peut avoir des significations différentes, et une femme peut porter une jupe sans que cela signifie un acquiescement à ce que la société attend d’elle. Mais la proclamation d’une norme censée s’imposer à toutes relève d’un autre cas de figure. Ce n’est pas le vêtement en lui-même qui pose problème : c’est l’assignation à un vêtement et, à travers lui, à un certain rôle. "Personne n’a le droit de se comporter à mon endroit comme s’il me connaissait", écrivait Robert Walser; décider à la place de quelqu’un de la façon dont il doit s’habiller, c’est se comporter à son endroit comme si on le connaissait."


Mona Chollet

Mona Chollet est journaliste et essayiste franco-suisse. Depuis 2016, elle est chef d'édition au Monde diplomatique. Autrice notamment de Chez soi et de Sorcières.


Thèmes : femmes, féminité, assignation, corps, beauté, mode, marketing, presse féminine, société.


Autrice : Mona Chollet

Éditions : La Découverte/Poche

Date de parution : 23/04/2015


Dimensions : 12,5 cm x 19 cm, 296 pages.