dans l ombre de l occident les arabes peuvent ils parler ownvoices librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme divoersite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
dans l ombre de l occident les arabes peuvent ils parler ownvoices librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme divoersite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur

Dans l'ombre de l'Occident suivi de Les Arabes peuvent-ils parler ? - Edward W. Said, Seloua Luste Boulbina

Réf : 9782228910538
8,15 €
Disponible à la livraison
En stock

Description

Deux réflexions politiques singulières sur le rapport entre l'Occident et le Moyen-Orient. Tout d'abord, trois entretiens limpides d'Edward W. Saïd sur l’expérience de l’exil, les rapports entre Juifs et Palestiniens, le racisme, le colonialisme, ou encore le rôle politique de la littérature. Ensuite, l’ensemble est suivi d’un essai de Seloua Luste Boulbina sur la manière dont les Arabes déracinés parlent d’eux-mêmes.


Extrait :

"On joue toujours le même rôle. On l'interprète différemment. Parce qu'on ne peut pas se défaire de soi, tout simplement. On peut devenir, non pas autre que soi, mais autrement soi même. Il est donc bien naïf de vouloir montrer, par exemple, que Edward Saïd est plus (ou moins) américain que palestinien, que Frantz Fanon est moins (ou plus) martiniquais qu'algérien, ou encore que Joseph Conrad est autant (ou plus ou moins) polonais qu'anglais. Lors d'un entretien, en 1993, Edward Saïd, répondant à une question récurrente, disait qu'il se sentait chez lui et en Amérique et dans le monde arabe. Il ajoutait qu'il pouvait, aux États-Unis, s'exprimer aussi bien en tant qu'Américain qu'en tant que Palestinien. Palestinien masqué ? Faux Américain ? L'un de ses interlocuteurs, Imre Saluzinszky, lui dit un jour qu'il le croyait doté d'un accent « coloré » comparable au sien et lui demande comment un réfugié palestinien peut devenir professeur à Columbia. Et Saïd, une nouvelle fois, de raconter sa vie, son enfance en Égypte, et au Liban, soulignant au passage que, pour beaucoup, être critique littéraire et palestinien est un oxymoron. Certains, raconte-t-il, vont jusqu'à l'imaginer comme une espèce de terroriste dont ils découvrent, quand ils le rencontrent, le mode de vie civilisé. Les alternatives, au fond, sont souvent de fausses fenêtres qui occultent et dissimulent les expériences vécues, qui forcent les oppositions, qui inventent, aussi, des contradictions dont l'artificialité ne saute pas toujours aux yeux."


Edward W. Said

Edward W. Said est né en 1935 à Jérusalem dans une famille palestinienne mais passe une grande partie de son enfance au Caire et au Liban. De 1963 jusqu'à sa mort en 2003, il a enseigné la littérature anglaise et comparée à l'Université de Columbia de New York. Théoricien littéraire et politologue, il est l'auteur de nombreux livres de critique littéraire et musicale, et d'ouvrages portant sur le conflit israélo-palestinien. Publié en 1978, son essai L'Orientalisme a été traduit en 36 langues et est considéré comme le texte fondateur des études postcoloniales.


Seloua Luste Boulbina

Seloua Luste Boulbina est philosophe, ancienne directrice de programme au Collège International de philosophie, chercheuse à l'Université Paris Diderot. Théoricienne de la décolonialisation, elle travaille sur les questions coloniales et postcoloniales dans leurs dimensions politique, épistémologique, culturelle.


Thèmes : Proche-Orient, orientalisme, colonialisme, impérialisme politique, domination, identités, islam, racisme.


Auteur : Edward W. Said

Autrice : Seloua Luste Boulbina

Traductrice : Léa Gauthier

Éditions : Payot 

Date de parution : 12/03/2014


Dimensions : 11 cm x 17 cm, 208 pages.