la vengeance m appartient marie ndiaye infanticide ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
la vengeance m appartient marie ndiaye infanticide ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
NOUVEAUTÉ

La vengeance m’appartient - Marie NDiaye

Réf : 9782072841941
19,50 €
Disponible à la livraison
En stock

Description

Me Susane, quarante-deux ans, avocate récemment installée à Bordeaux, reçoit la visite de Gilles Principaux. Elle croit reconnaître en cet homme celui qu'elle a rencontré quand elle avait dix ans, et lui quatorze - mais elle a tout oublié de ce qui s'est réellement passé ce jour-là dans la chambre du jeune garçon. Seul demeure un souvenir éblouissant.

Or Gilles Principaux vient voir Me Susane pour qu'elle prenne la défense de sa femme Marlyne, qui a commis un crime atroce... Qui est, en vérité, Gilles Principaux ?


Les mots de l'autrice Marie NDiaye:

On en sait peu sur le personnage principal, Me Susanne : "Elle est une abstraction, elle est assez peu décrite physiquement. Mais on ne quitte jamais son esprit, son for intérieur, tout ce que le lecteur apprend des événements, il l’apprend par la perception de Me Suzanne, qui elle-même n’a pas confiance dans cette perception." (Source: France Inter - L'invité de 7h50 , lundi 4 janvier 2021)


Extrait:

"L’homme qui, le 5 janvier 2019, entra timidement, presque craintivement dans son cabinet, Me Susane sut aussitôt qu’elle l’avait déjà rencontré, longtemps auparavant et en un lieu dont le souvenir lui revint si précisément, si brutalement qu’elle eut l’impression d’un coup violent porté à son front.

Sa tête bascula légèrement en arrière, de sorte qu’elle ne put répondre tout de suite au bonjour, un murmure embarrassé, de son visiteur et qu’une gêne dura entre eux même après que Me Susane se fut ressaisie, l’eut salué aimablement, souriante, cordiale, rassurante comme elle se faisait un point d’honneur de l’être d’emblée envers quiconque venait la voir au cabinet.

À deux reprises elle se frotta le front, machinalement, croyant avoir là une sourde blessure puis n’y pensant plus.

Lorsque, le soir, assise dans son lit, elle lèverait de nouveau une main lente et lourde vers son front avant d’arrêter son geste puisqu’elle n’éprouvait en vérité aucune douleur, elle se rappellerait brusquement comme elle avait eu mal en voyant entrer dans son bureau cet homme discret, menu, insignifiant de figure comme de silhouette.

Considérable fut son étonnement : pourquoi avait-elle ressenti de la souffrance et non de la joie ?

Pourquoi, persuadée de revoir, trente-deux ans plus tard, quelqu’un qui l’avait ravie, avait-elle eu l’impression qu’on voulait la tuer ?"


Marie NDiaye

Marie NDiaye est née en 1967 à Pithiviers. Elle est l’auteur d’une douzaine de livres — romans, nouvelles, théâtre. Elle a obtenu le prix Femina en 2001 pour Rosie Carpe, le prix Goncourt en 2009 pour Trois femmes puissantes, et sa pièce de théâtre Papa doit manger est entrée au répertoire de la Comédie-Française.


Thèmes : enfance, mémoire, femmes, filiation, mères, maternité, crime, infanticide, traumatismes, classes sociales.


Autrice : Marie NDiaye

Éditions : Gallimard

Date de parution : 07/01/2021


Dimensions : 14 cm x 20,5 cm, 240 pages.