le premier qui pleure a perdu sherman alexie natif ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
le premier qui pleure a perdu sherman alexie natif ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur

Le Premier qui pleure a perdu - Sherman Alexie

Réf : 9782226399274
15,00 €
Disponible à la livraison
En stock
Retrait disponible

Description

Junior, jeune indien Spokane, est un dessinateur en herbe. Déterminé à prendre son avenir en main, il quitte l'école de la réserve pour aller dans le prestigieux lycée de Reardan, entièrement fréquenté par des Blanc.he.s, où le seul autre Indien est la mascotte de l'école. Bien qu'il soit considéré comme un traître par son peuple, Junior attaque la vie avec lucidité et humour. Il se découvre une force intérieure dont il ignorait l'existence.


À partir de 15 ans.


Basé sur les propres expériences de l'auteur, ce roman raconte l'adolescence contemporaine d'un Natif américain qui tente de rompre avec le schéma que tout le monde attend de lui.


ATTENTION : Le terme "indien" est plusieurs fois cité dans ce roman. Ce terme a une connotation colonialiste. Il est donc préférable de ne pas l'employer. Dans ce cas précis, l'auteur Sherman Alexie qui est Spokane l'utilise dans une démarche de réappropriation afin de s'émanciper des préjugés et des assignations.


Extrait :

"Je suis né avec de l’eau sur la tête.

Bon d’accord, ce n’est pas tout à fait vrai. En fait, je suis né avec trop de liquide céphalo-rachidien à l’intérieur du crâne. Mais "liquide céphalo-rachidien", c’est tout simplement le terme savant qu’emploient les médecins pour parler d’huile de cervelle. Et l’huile de cervelle fonctionne dans les lobes comme l’huile de moteur dans une voiture. Elle fait tourner l’ensemble rapidement et sans accroc. Mais moi, bizarre comme je suis, je suis né avec trop d’huile dans le crâne, elle est devenue pâteuse, vaseuse, gluante, et tout ce qu’elle a fait c’est embourber le mécanisme. Le moteur qui me permettait de penser, de respirer et de vivre a ralenti et s’est enlisé.

Mon cerveau se noyait dans l’huile.

Mais cela donne à toute l’histoire un petit air rigolo et farfelu, un peu comme si mon cerveau était une frite géante, donc il me semble plus sérieux, plus poétique et plus juste de dire : "Je suis né avec de l’eau sur la tête."

Bon, d’accord, vous allez me dire que ce n’est pas très sérieux non plus comme manière d’en parler. C’est peut-être vrai que toute l’histoire est rigolote et farfelue.

Mais à votre avis, est-ce que ma mère, mon père, ma grande sœur, mes cousins, mes oncles et mes tantes ont trouvé ça drôle quand les médecins ont ouvert mon petit crâne et aspiré toute cette eau en trop avec un minuscule aspirateur ?

Je n’avais que six mois et normalement j’aurais dû y rester pendant l’opération. Et même si, d’une manière ou d’une autre, je survivais au mini-aspi, en principe mon cerveau devait être gravement endommagé par le processus, et moi, je devais rester un légume toute ma vie.

Visiblement j’ai survécu à l’opération, sinon je n’écrirais pas ceci."


Thèmes : Spokane, réserve, adolescence, amitié, famille, deuil, identité, handicap, pauvreté, alcoolisme, racisme, États-Unis.


Auteur : Sherman Alexie

Traductrice : Valérie Le Plouhinec

Éditions : Albin Michel

Date de parution : 10/05/2017


Dimensions : 14,5 cm x 21,5 cm, 288 pages.