les veilleurs de sangomar fatou diome senegal serere ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
les veilleurs de sangomar fatou diome senegal serere ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur

Les Veilleurs de Sangomar - Fatou Diome

Réf : 9782226443861
19,90 €
Disponible à la livraison
En stock

Description

Sangomar est un bout de terre inhabitée où, dans la tradition animiste Sérère, se rassemblent les djinns et les âmes des défunts. Sur l’île voisine, Niodior, la jeune Coumba entame un long veuvage, recluse chez sa belle-mère. Elle vient de perdre son mari dans le naufrage du Joola, en 2002, au large du Sénégal. Dès la nuit tombée, après le cortège des prières rituelles et des visites obligées, Coumba peut enfin faire face à son chagrin, consigner les souvenirs heureux, invoquer les morts. Alors, sa chambre s’ouvre grand aux veilleurs de Sangomar, esprits des ancêtres et des naufragés qui lui racontent leur destin et la mèneront à la rencontre de son "immortel aimé". 


Dans ce roman, Fatou Diome revient sur le naufrage du Joola au Sénégal en septembre 2002. Cet évènement dramatique, peu médiatisé, a causé la mort de plus de 1800 personnes, soit plus de victimes que le Titanic.

À travers son héroïne, Coumba, elle rend hommage aux victimes du Joola. Coumba qui puise dans l’animisme la force de se reconstruire en l’absence de l’être aimé.


Extrait:

"Quand, éreintés par leur journée de labeur, les Niodiorois somnolaient, Coumba, elle, tendait l’oreille, convaincue de percevoir, dans la clameur des vagues, une multitude de voix, chacune déroulant le fil de sa propre histoire. Toute la nuit, Coumba écoutait, démêlait des confidences, se promettant de les transmettre à sa fille, Fadikiine, qui ne marchait même pas encore à quatre pattes. "Pousse, ma petite pousse, lui susurrait-elle, quand tu seras grande…" En attendant, la petite dormait à poings fermés, sa mère veillait. Le ventre plein, Fadikiine rêvait, grandissait, sa mère se creusait les cernes. À ceux qui lui demandaient, chaque matin, si elle avait bien dormi, Coumba, encore perdue dans ses pensées, murmurait invariablement : "Ces gens, tous ces gens rassemblés là-bas, à Sangomar, ils causent toute la nuit, ils nous parlent…" Certains de ses proches la croyaient au bord de la folie, mais lorsqu’ils tentaient de la raisonner, elle s’étonnait de leur surdité. Quand les plus tenaces insistaient, enchaînant des voyons Coumba d’un ton contrit, la jeune femme s’offusquait, s’exaspérait : "Mais, enfin ! Ne me dites pas que vous ne les entendez pas ! Comment pouvez-vous dormir à ce point ? "


Fatou Diome

Fatou Diome, née en 1968, est originaire de l’île de Niodor au Sénégal. Elevée par sa grand-mère et "lectrice boulimique", elle commence à écrire à l’âge de 13 ans, poursuit des études universitaires à Dakar puis arrive en France, à Strasbourg, en 1994. Fatou Diome rend compte de cette première expérience en terre française, dans un recueil de nouvelles intitulé La préférence nationale. Elle y décrit les aventures d’une jeune sénégalaise, licenciée ès lettres, découvrant l’Alsace et gagnant sa vie comme femme de ménage. Traversée par deux cultures, elle ausculte les souffrances humaines liées au déracinement, et aux désillusions provoquées par l’épreuve de l’immigration. 


Thèmes : amour, famille, mer, deuil, djinns, Pangôls, croyances, traditions, religion, résilience, Sénégal.


Autrice : Fatou Diome

Éditions : Albin Michel

Date de parution : 21/08/2019


Dimensions : 14 cm x 20,5 cm, 336 pages.