notre dame du nil rwanda genocide temoignage noir representation ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap diversite litterature jeunesse babelio aj les enfants du bruit et de l odeur
notre dame du nil rwanda genocide temoignage noir representation ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap diversite litterature jeunesse babelio aj les enfants du bruit et de l odeur

Notre-Dame du Nil - Scholastique Mukasonga

Réf : 9782070456314
8,10 €
Disponible à la livraison
En stock
Retrait disponible

Description

Rwanda, début des années 1970. Au lycée Notre-Dame du Nil, à 2 500 mètres d'altitude, près des sources du grand fleuve égyptien, de jeunes filles en fleurs se préparent à devenir de bonnes épouses, de bonnes mères, de bonnes chrétiennes. Les familles espèrent que dans ce havre religieusement isolé, d'accès difficile, loin des tentations de la capitale, leurs filles parviendront vierges au mariage négocié pour elles dans l'intérêt du lignage. Mais sous le calme apparent couve la haine raciale. Un quota "ethnique" limite à 10 % le nombre des élèves tutsi, les persécutions se multiplient et voici que s’approchent les nervis du pouvoir hutu.


Rescapée du massacre des Tutsi, Scholastique Mukasonga nous offre une œuvre poignante, où des adolescentes aux mains nues tentent d’échapper à une Histoire monstrueuse.

Notre-Dame du Nil a obtenu le prix Ahmadou Kourouma et le prix Renaudot en 2012. Il a également été adapté au cinéma par Atiq Rahim et sorti le 5 février 2020.


Extrait:

"Les photos toutefois n’avaient pas été détruites. Gloriosa, Modesta et Veronica les avaient retrouvées le jour où elles avaient été chargées de dépoussiérer le local, au bout de la bibliothèque, où on entassait les archives. Là, sous une pile de vieux journaux et de revues (Kinyamateka, Kurerera Imana, L’Ami, Grands Lacs, etc.), elles découvrirent les photos, un peu jaunies et gondolées, certaines encore sous leur plaque de verre brisée. Il y avait la photo de l’administrateur faisant le salut militaire devant la statue tandis que, derrière lui, un soldat inclinait le drapeau belge. Il y avait les photos des danseurs intore, un peu floues, car le photographe, malhabile, avait voulu saisir en plein vol leur saut prodigieux si bien que la crinière de sisal et la peau de léopard étaient enveloppées d’un nimbe fantomatique. Et puis il y avait la photo des chefs et de leurs épouses en grand apparat. La plupart de ces hauts personnages étaient barrés d’un gros trait à l’encre rouge et quelques-uns masqués d’un point d’interrogation à l’encre noire.

— Les photos des chefs ont subi la "révolution sociale", dit Gloriosa en riant. Un coup de stylo, un coup de machette, et pffft…, fini les Tutsi.

— Et ceux qui ont un point d’interrogation ? demanda Modesta.

— Ça doit être ceux qui ont réussi à s’enfuir, hélas ! Mais maintenant qu’ils soient à Bujumbura ou à Kampala, les grands chefs, ils ont perdu leurs vaches, ils n’ont plus de fierté, ils boivent de l’eau comme les parias qu’ils sont devenus. Je prends les photos. Mon père saura bien me dire qui sont ces seigneurs de la chicotte.

Veronica se demanda quand, sur la photo de classe que l’on prenait chaque année à la rentrée, elle serait, elle aussi, barrée d’un trait rouge."


Scholastique Mukasonga

Scholastique Mukasonga est née au sud-ouest du Rwanda. En 1959, éclatent les premiers pogroms contre les Tutsi. En 1960, sa famille est déportée, avec beaucoup d’autres Tutsi, à Nyamata au Bugesera une région de brousse alors très inhospitalière. Elle réussit à survivre en dépit des persécutions et des massacres à répétition. Malgré le quota qui n’admettait que 10% de Tutsi dans les établissements secondaires, elle rentre au lycée N-D de Citeaux à Kigali puis à l’école d’assistante sociale à Butare. "C’était la seule école pour filles qui me permettait de revenir dans les villages exercer ma profession auprès des paysannes qui n’avaient pas eu la chance d’accéder à l’école", explique-t-elle. En 1973, les élèves tutsi sont chassés des écoles et les fonctionnaires de leurs postes. Elle part alors en exil au Burundi pour échapper à la mort. Elle achève ses études d’assistante sociale au Burundi et travaille ensuite pour l’UNICEF. Elle arrive en France en 1992 et passe à nouveau le concours d’assistante sociale, le diplôme burundais n’étant pas reconnu par l’administration française. De 1996 à 1997, elle est assistante sociale auprès des étudiants de l’université de Caen. De 1998 à ce jour, elle exerce la fonction de mandataire judiciaire auprès de l’Union départementale des associations familiales du Calvados.


Thèmes : adolescence, amitié, école, éducation, religion, politique, racisme, "révolution sociale", massacre des Tutsi, Rwanda. 


Autrice : Scholastique Mukasonga

Éditions : Gallimard/Folio

Date de parution : 06/02/2014


Dimensions : 10,8 cm x 17,8 cm, 288 pages.