peau noire masques blancs frantz fanon anticolonialiste ownvoice cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
peau noire masques blancs frantz fanon anticolonialiste ownvoice cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur

Peau noire, masques blancs - Frantz Fanon

Réf : 9782757841686
8,30 €
Disponible à la livraison
En stock
Retrait disponible

Description

"Je parle de millions d'hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d'in­fériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme" (Aimé Césaire, Discours sur le Colonialisme)


Dans Peau noire, masques blancs, publié en 1952, Frantz Fanon livre une analyse, à la fois, psychologique et historique du colonialisme. Il démontre comment le colonialisme a inculqué aux peuples colonisés le mépris de soi. Ainsi, l'intériorisation, par "le Noir", d'une prétendue infériorité a permis au système colonial de le maintenir sous sa domination.

Frantz Fanon ne se limite pas à la dénonciation de la violence coloniale, "le colonisé", "le noir", doit prendre conscience de son aliénation afin de se libérer de son complexe d’infériorité et permettre sa révolte.


Peau noire, masques blancs a gardé toute sa valeur prophétique, car le racisme perdure encore. Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l’homme, et avec la passion brûlante de celui qui allait devenir un pionnier de la révolution algérienne et un maître à penser pour beaucoup d’intellectuels.


Extrait:

"L'analyse que nous entreprenons est psycholo­gique. Il demeure toutefois évident que pour nous la véri­table désaliénation du Noir implique une prise de con­science abrupte des réalités économiques et sociales. S'il y a complexe d'infériorité, c'est à la suite d'un double processus :

— économique d'abord;

— par intériorisation ou, mieux, épidermisation de cette infériorité, ensuite. {...}

La civilisation blanche, la culture euro­péenne ont imposé au Noir une déviation existentielle. Nous montrerons ailleurs que souvent ce qu'on appelle l'âme noire est une construction du Blanc."


Frantz Fanon

Frantz Fanon naît en 1925 à Fort-de-France en Martinique. Il aura comme professeur au lycée, Aimé Césaire. En 1943, il s’engage dans les Forces françaises libres aux côtés du général de Gaulle. De retour en Martinique, il devient bachelier en 1946 puis, grâce à une bourse, il part étudier la médecine à Lyon et se spécialise en psychiatrie. Il suit aussi des cours de littérature et de philosophie. 

En 1953, Frantz Fanon occupe le poste de médecin-chef à l’hôpital psychiatrique de Blida en Algérie. Là, il met en place des méthodes qui contestent le système colonial et ses effets sur la psychologie des colonisés notamment à travers la dépersonnalisation et la déshumanisation dont ils sont victimes. Lorsque la guerre éclate, il choisit de combattre du côté du FLN et démissionne de son poste hospitalier en 1956. Au-delà de la lutte algérienne, il soutient le panafricanisme. Atteint d’une leucémie, il meurt le 6 décembre 1961 à l’âge de 36 ans. Il laisse trois œuvres essentielles, Peau noire, masques blancs (1952), L’An V de la révolution algérienne (1959) et Les Damnés de la Terre (1961).


Thèmes : Histoire, colonialisme, système économique, domination, racisme, infériorisation, prise de conscience, révolte.


Auteur : Frantz Fanon

Éditions : POINTS

Date de parution : 09/04/2015


Dimensions : 10,8 cm x 17,9 cm, 240 pages.