rumeurs d amerique alain mabanckou renaudot ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur
rumeurs d amerique alain mabanckou renaudot ownvoices cadeaux librairie inclusive antiraciste decoloniale afrofeministe feministe lgbtqia handicap validisme diversite litterature jeunesse babelio aj brut les enfants du bruit et de l odeur

Rumeurs d'Amérique - Alain Mabanckou

Réf : 9782259278560
19,00 €
Disponible à la livraison
En stock
Retrait disponible

Description

Rumeurs d'Amérique réunit quinze années où l'auteur, Alain Mabanckou, analyse son quotidien aux États-Unis. Faits divers, musique, sport, guerre des gangs, enjeux de la race, habitudes politiques et campagne de l'élection présidentielle, moeurs des Angelinos, découverte d'endroits insolites, tout est passé au crible ici pour dessiner le portrait d'une autre Amérique.


Extrait:

"Alors que je consigne ces lignes, je revois d’un côté les premiers habitants de Santa Monica – des Amérindiens de la tribu des Tongvas –, j’entends à l’opposé le bruit de bottes des Espagnols qui débarquent à partir du XVIIIe siècle. Santa Monica est à l’époque entre les mains des colonisateurs, plus précisément celles de l’explorateur espagnol Gaspar de Portolà, qui m’apparaît sous les traits d’un très vieil arbre. À son pied, je vois des feuilles mortes échouées. Ces feuilles toutes sèches et friables incarnent la pénitence des autochtones dont les descendants, de nos jours, sont des étrangers sur le territoire de leurs propres ancêtres et ne représentent plus qu’une infime partie de la population. {...}

L’exclusion tacite des Noirs à Santa Monica me conforte dans ma décision de l’avoir quittée pour Los Angeles. Soit elle sélectionne ses habitants, soit elle attire un certain type de population. On compte presque 77 % de Blancs, 10 % de Latinos, 4 % d’Africains-Américains à Santa Monica. Qui manque dans ce décompte ? Ceux dont la race n’est pas "clairement" identifiée. Ils sont rangés sous la bannière Other races (3,4 %) ou "minorités" quasiment invisibles, notamment les Native Americans (0,3 %) ou les Native Hawaiians et les Pacific Islanders (0,1 %). {...}

Me voyant assis à écrire, les Blancs crevaient l’abcès de leur curiosité et me demandaient ce que je faisais réellement dans la vie (sous-entendu en dehors d’être noir vingt-quatre heures sur vingt-quatre). Je répondais que j’étais professeur de littérature à l’université de Californie-Los Angeles. Et je voyais soudain s’épanouir sur leur visage une sérénité qu’ils s’évertuaient à dissimuler en me couvrant de compliments hyperboliques. Je n’étais plus comme les "autres", donc je ne menaçais plus leurs intérêts ni la pérennité de la domination raciale, sociale et économique. Je devenais le meilleur alibi, l’argument gagnant à balancer à la figure de ceux qui reprocheraient à Santa Monica de n’être pas une ville racialement diversifiée."


Alain Mabanckou

Né en 1966 au Congo, Alain Mabanckou est l'auteur de plusieurs romans. Il a reçu le prix Renaudot, en 2006, pour Mémoires de porc-épic. Il vit à cheval entre les États-Unis, où il enseigne la littérature francophone à UCLA, et la France. Son œuvre est traduite dans une vingtaine de langues.


Thèmes : autobiographie, littérature, "rêve américain", classe sociale, domination, racisme, violences, Histoire, États-unis.


Auteur : Alain Mabanckou        

Éditions : Plon

Date de parution : 27/08/2020


Dimensions : 13,5 cm x 21 cm, 256 pages.